8 ressources pour se désencombrer

Dans tous les aspects de la vie, il n’y a pas une seule méthode à suivre pour être heureux, pour élever ses enfants, pour trouver le job de ses rêves ou pour désencombrer son intérieur. Il y a son cheminement à soi, intime, personnel. Entre le moment où j’ai commencé à m’intéresser au désencombrement et celui où je m’y suis mise, il s’est passé du temps, des mois. J’ai beaucoup lu à droite, à gauche, sans vraiment me focaliser sur le sujet mais en glanant des informations. Jusqu’à ce que l’ensemble prenne forme et qu’il me semble important de prendre ce sujet à bras le corps parce qu’à ce moment-là, je me suis dis que cela pouvait changer significativement ma vie, que j’étais prête à prendre le temps et que ça me ferait du bien.

Alors, j’avais envie de vous parler des différentes ressources que j’ai rencontrées, qui m’ont influencées d’une manière ou d’une autre, de près ou de loin. Peut-être que vous aussi l’une d’entre elles vous murmurera plus qu’une autre, que c’est votre moment pour désencombrer, pour faire le vide et dans un sens, partir à la rencontre de vous-même…

Le Feng shui:

Il s’agit d’un art de vivre ancestral chinois qui consiste à trouver un équilibre entre la situation de sa maison, son agencement intérieur et sa façon de vivre pour influencer positivement sa vie. L’une des idées étant de favoriser la libre circulation de l’énergie du « qi » (prononcer « chi »), donc d’avoir un intérieur peu ou pas encombré.

Je m’y intéresse depuis l’adolescence par intermittence. Ce qui me plait dans le Feng shui ce sont les pistes que l’on peut suivre pour gagner en énergie dans un domaine ou pour atténuer les mauvaises influences dans un autre. La base reste quand même le désencombrement puisque tout amas d’affaires délaissées/ non aimées / oubliées / poussiéreuses / plantes mortes etc a forcément un impact négatif dans notre quotidien.

Le feng-shui me motive, il me semble logique que le bazar accumulé sur mon bureau ou caché dans ce placard m’influence puisque je le vois tous les jours ou bien qu’il m’empêche de ranger d’autres affaires correctement (donc, potentiellement de créer du bazar ailleurs).

Un blog plein de conseils joyeux : www.ausoleilentutu.com

Freddie Marriage pour Unsplash

Minsgame

Le jeu du minsgame a été inventé par Joshua Fields Millburn & Ryan Nicodemus du blog The Minimalists.
Le concept est de se séparer d’un objet le premier du mois, deux objets le 2, trois objets le 3 jusqu’à trente objets le 30 et trente et un le 31. etc. Sur un mois ou plus, on augmente ainsi progressivement le nombre d’objets dont on se sépare.

Le fait d’y aller progressivement permet de rentrer dans une dynamique et de faire un grand ménage chez soi pendant un mois. Cette méthode est inspirante mais cela prend du temps de trouver les vingt ou trente objets dont se séparer par jour à la fin du mois. J’aime l’idée que ce jeu existe, il me motive car s’il est possible de se séparer d’autant d’objets dans un mois, c’est bien la preuve que nos intérieurs sont bien encombrés. Cependant, je ne me lance pas dans ce défi parce que je n’ai pas envie de prendre autant de temps à désencombrer. Je suis attachée à cette sensation de détachement qui s’opère petit à petit, lorsque soudain, je m’aperçois que finalement je n’ai jamais ouvert ce livre et que cela ne me ferait rien de le voir partir. Je ressens ainsi une certaine satisfaction à me détacher de mon matérialisme petit à petit….

Jasmin Quaynor pour Unsplash

 

Un objet par jour

L’intitulé raconte l’essentiel: se séparer d’un objet par jour. C’est régulier, comme un rituel à suivre chaque jour. Un petit poids dont on se libère petit à petit, facile à intégrer dans une routine bien huilée. C’est la voie que j’ai commencé par suivre parce que cela correspondait mieux au temps que je passe dans la maison. Cela me permet aussi de prendre de l’avance le week-end sans que l’objectif soit pressant ou inatteignable. J’aime aussi le fait que je peux tenir ce défi aussi longtemps que je le souhaite ou l’interrompre dans les périodes plus chargées. Il n’y a pas de pression sur la quantité à atteindre, pas de compétition, c’est davantage un tempo que l’on se donne, qui peut nous emmener loin…

Par ce moyen, j’ai réalisé petit à petit que j’étais entourée de beaucoup d’objets dont je pouvais me séparer assez facilement. La prise de conscience a été progressive et maintenant je vois partout des objets qui ne seront bientôt plus chez moi !

Andrea Reiman pour Unsplash

Méthode Konmari

Vivre dans une maison ordonnée influe de manière positive sur tous les autres aspects de votre vie. Marie Kondo

On ne présente plus Marie Kondo dont les livres La magie du rangement, Ranger : l’étincelle du bonheur et son petit dernier Ranger inspire la joie ont eu un succès fulgurant. Beaucoup de personnes s’en sont inspirées pour faire un grand tri.

Sa méthode consiste à regrouper tous les objets de son logement d’un même type devant soi, par exemple tous nos vêtements. Puis à les prendre un à un et se demander si ce vêtement nous procure de la joie, s’il est utile, confortable (pour un vêtement pas pour la quinzième passoire de la cuisine). Il est question aussi de remercier cet objet pour le temps passé ensemble. Si cet objet ne nous apporte plus de joie, alors nous pouvons le jeter. Marie Kondo préconise de jeter mais nous pouvons plutôt donner/vendre/recycler si l’état nous le permet, la démarche sera plus responsable et durable. Pour ce que nous gardons, l’auteure nous enseigne une manière et ranger et plier pour pouvoir tout visualiser td’un seul coup d’oeil.

Je n’ai pas lu ses livres, que j’emprunterai peut-être un jour à la bibliothèque. J’ai surtout lu de nombreux témoignages sur Internet. Le ressenti général est plutôt positif, cela a permis à de nombreuses personnes de faire un grand tri chez elles, un peu comme le Minsgame mais peut-être avec une pointe de gratitude en plus pour ses propres affaires.

Copyright Ladyjolie

Vers la sobriété heureuse de Pierre Rabhi

J’ai lu le livre de Pierre Rahbi l’été dernier pendant mes vacances. Je n’irai pas m’aventurer à résumer ce manifeste car il m’a profondément bouleversé. Pierre Rabhi revient sur son enfance et son parcours en général. Il démontre peu à peu comment la modernité nous éloigne de l’essentiel, de l’humain, de la terre.

En ce qui me concerne, il y a eu un avant et un après ce livre, il a été une clé pour comprendre encore un peu plus combien nous vivons dans une société superficielle. Cependant, par le terme de « sobriété heureuse », nous sommes dans un objectif extrêmement positif et vivant. Cela m’a confortée dans ma position d’être active et actrice dans ma vie, mes choix sont décisifs. J’ai mon rôle à jouer, comme chacun d’entre vous.

Désormais, la plus haute, la plus belle performance que devra réaliser l’humanité sera de répondre à ses besoins vitaux avec les moyens les plus simples et les plus sains. Cultiver son jardin ou s’adonner à n’importe quelle activité créatrice d’autonomie sera considéré comme un acte politique, un acte de légitime de résistance à la dépendance et à l’asservissement de la personne humaine. Pierre Rabhi.

Vers la sobriété heureuse

La méthode Flylady

Il s’agit d’une méthode d’organisation basée sur le livre Entretien avec mon évier de Marla Cilley. Il s’agit de trouver un équilibre dans sa vie en prenant soin de soi tout en assurant le ménage de sa maison sans se laisser déborder. Il y a une grande communauté qui encourage et accompagne toute nouvelle Flylady (je ne sais pas si des hommes en font partie !) sur le forum Francophone officiel http://flyingfrancophone.forumactif.org

Cette organisation du quotidien débute par « 31 pas de bébé » au cours desquels on vide et lave entièrement son évier chaque soir, on désencombre 15 minutes par jour, on met en place des routines le matin, puis le soir, on prévoit une heure de ménage hebdomadaire pour prendre soin de chez soi, on planifie les menus etc.

C’est une méthode que j’aimerais beaucoup mettre en place mais j’ai commencé plusieurs fois et je me suis arrêtée car ce n’était pas le bon moment pour moi. Alors, je me contente de m’en inspirer pour me motiver. Les participantes sont plutôt enthousiastes et cela semble être une bonne piste pour désencombrer tout en ayant une vie un peu chargée.

Plus d’infos sur : Bon Envol ! et www.flylady.net

Andre Gorham pour Unsplash

 

Kaizen Hors-série Je suis heureux et sobre

Il y a des lectures inspirantes qui accompagnent et nous transportent longtemps. Ce hors-série est un condensé de récits, rencontres, idées pour épouser l’idée de sobriété et se mettre sur la voie du bonheur. Des personnes qui ont décidé de changer de vie en déménageant et/ou se convertissant dans un autre travail racontent leur déclic et leur cheminement. Certains récits m’ont beaucoup touché comme l’histoire d’Anaïs qui cultive ses plantes et herbes médicinales et les fait sécher pour confectionner des tisanes. Ou Théo qui a quitté son travail de climatologue pour la NASA et est devenu acrobate.

Ces lectures m’ont confortées dans l’idée que je m’entourais de beaucoup trop de choses superficielles qui ne m’apportaient pas du bonheur mais de l’encombrement (mental et physique). Cela m’a donné envie d’aller plus loin dans mon désencombrement, pour atteindre ce point d’équilibre où tous les objets qui m’entourent ont une véritable raison d’être, qu’elle soit sentimentale ou utile dans mon quotidien.

Je suis heureux et sobre - Kaizen magazine

Eco-défi Faire le vide chez soi – Echos verts

A la fin de l’année 2017, Natasha du blog Les échos verts à organisé un éco-défi intitulé « Faire le vide chez soi ». C’est à cette occasion que j’ai choisi de relever le défi de me séparer d’un objet par jour.

Pendant trois mois, elle a publié plusieurs articles autour de son cheminement minimaliste, accompagnée de deux autres blogueuses. Sa réflexion s’est construite autour des questions suivantes :

  • Quelle est ma définition personnelle du minimalisme ?
  • Que m’apportent les objets que je possède ?
  • Quels sont les objets superflus auxquels je suis attaché·e et pourquoi ?
  • Quels sont mes besoins personnels et comment puis-je y répondre de manière immatérielle ?
  • Quels objets me semblent nécessaires au quotidien pour répondre à mes besoins personnels ?
  • Comment se motiver à faire le tri ?
  • Par où commencer le tri ?
  • Comment gérer les incertitudes et l’angoisse que peut générer l’idée de se débarrasser d’un objet superflu ?
  • Que faire des différents objets dont on ne veut plus ?
  • Comment éviter de se ré-encombrer ?

Tous ses articles sont extrêmement intéressants et complets, je vous invite à consulter son blog pour plus de détails : Echos verts.

Joseph Barrientos pour Unsplash

 

** Et vous, quels sont les déclics qui vous ont donné envie de désencombrer ? Suivez-vous une méthode particulière? pourquoi ? **

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *