La vie cachée des objets

Chaque mois, je vous propose une nouvelle solution pour réduire notre empreinte carbone. Modifier une habitude par mois, c’est aussi prendre le temps d’être à l’écoute de ses besoins et prendre en compte les blocages et les questions que nous pouvons rencontrer. C’est fondamental pour changer son quotidien en profondeur.
Adepte des alternatives positives, j’aime être actrice de ma vie et faire mes choix en âme et conscience, vous aussi n’est ce pas ? Je suis persuadée qu’ensemble, nous pouvons changer le monde, oui rien que ça ! Alors, allons-y !

Ils sont partout, nous les collectionnons sans plus les voir, ils prennent la poussière mais nous ne cessons d’en acheter…ou d’en offrir. Ils se cassent, on les jette, on en rachète et on recommence. Au XXIème siècle, plus on en possède, mieux on vit, on reconnait la richesse à celui qui possède beaucoup. LES OBJETS. Ils prennent tant de place qu’un mouvement s’est créé pour diminuer leur existence qui encombre nos vies: le minimalisme.

Si nous décidions un instant de nous connecter à ces objets, de réfléchir un moment à leur conception, depuis le projet de leur création jusqu’à leur place sur notre étagère. Combien de personnes ont participé à la fabrication cet objet ? Quelle quantité de matériaux a été nécessaire ? Combien de pays a traversé cet objet ? Sans nous en apercevoir, nous sommes reliés à un réseau mondial à travers le voyage de cet objet.

LA VIE CACHEE DES OBJETS

Au départ, il y a les designers qui conçoivent l’objet sur du papier et des ordinateurs, ou un bricoleur qui va breveter son idée. Puis, dans les carrières où sont extraites les matières premières, des hommes travaillent quotidiennement dans des conditions plus ou moins décentes, pilotant des machines plus ou moins respectueuses de l’environnement. On pense aussi à l’usine où ces matières vont être transformées, éventuellement assemblées, à moins qu’elles ne soient transportées dans une autre usine, ailleurs. Il y a souvent une campagne marketing visant à le faire connaitre, sur des panneaux publicitaires, le web, la télévision; utilisant papiers, serveurs, électricité… Enfin, les distributeurs, les magasins dans lesquels nous allons acheter l’objet.

D’un rapide coup d’oeil, nous nous apercevons qu’effectivement notre objet a eu un bon bout de vie avant de parvenir jusqu’à nous. Et certainement une empreinte carbone très forte. Celle-ci est quasi impossible à calculer : cela demanderait une transparence totale de la part de tous les intervenants de la chaîne de fabrication et malheureusement nous en sommes loin. On peut cependant en deviner l’ampleur : matières premières plus ou moins durables, énergie, transports… De multiples domaines ont été sollicités et rarement de manière éco-responsable.

Ca, c’était la vie de l’Objet avant qu’elle ne croise la votre. Vous vous rencontrez, partagez des moments heureux, l’utilisant régulièrement, le lavant, le dépoussiérant, peut-être même que vous l’exposez à l’entrée de votre maison pour le montrer à vos invités, le voir souvent. Il est sur le devant de la scène, vous le chérissez et paf ! Un beau/mauvais jour, le chat, jaloux, lui donne un coup de patte et l’Objet fait une chute de plusieurs centimètres et se brise. En un instant, il se retrouve au milieu des immondices, dans… la poubelle. Triste vie. C’est un chemin bien sombre qui commence pour lui, pendant que vous l’avez instantanément oublié.

Selon les matériaux dans lesquels il a été conçu, il peut prendre le chemin d’un centre de recyclage, être réduit en poussière ou fondu et ajouté à d’autres de ses compatriotes pour devenir une nouvelle matière, puis un nouvel objet. Une sorte de réincarnation, de seconde vie. Dans le meilleur des cas.

Il peut aussi avoir moins de chance et contenir des éléments toxiques / non-recyclables / non-biodégradables, rayez la mention inutile (ou pas). Il peut être incinéré si dans votre région c’est une pratique courante et diffuser des émissions de CO2. Il peut aussi se retrouver dans une décharge, sauvage ou non, en bord de mer ou en pleine terre, polluer les écosystèmes et affecter notre santé. Il se retrouvera peut-être sur l’un de ces continents de déchets au milieu des océans, retrouver ses copains.

Quand nous achetons un objet, nous ne pensons pas à la manière dont il a été conçu ou ce qu’il deviendra le jour où il sera cassé ou nous nous serons lassé. Pourtant, ces bouts de vie ont un impact important et en tant que consommateur, nous pouvons le prendre en compte. Nous arrivons notamment dans une période de grande consommation avec les fêtes de fin d’année: l’occasion d’en profiter pour notre défi du mois. Comment réduire notre empreinte carbone en ce mois de décembre par rapport aux années précédentes ?

SOLUTIONS A OFFRIR

MOMENTS A PARTAGER:

Nous pouvons offrir des moments à partager, que ce soit un spectacle ou un soin dans un SPA ou simplement un cours de cuisine pour apprendre à pâtisser votre fameux carrot cake ou une balade en vélo. L’idée est de proposer un temps culturel ou amical, de bien-être, une pause dans le quotidien pour prendre le temps d’être ensemble, de découvrir ou de prendre soin de soi… C’est un temps qualitatif, de partage et d’échange. C’est pour cela que les possibilités sont infinies et complètement adaptables à votre budget quel qu’il soit.

LE DIY

Le Do It Yourself (« Fais-le toi-même » en anglais) est une forme de don de soi, une manière de laisser notre empreinte, de développer notre créativité en fabriquant soi-même quelque chose. A nous de choisir les matières premières, qu’elles soient neuves, de seconde main, recyclées…

MELANGES CULINAIRES MAISON (ou pas)

Vous avez une recette de cookies favorite ? Pourquoi pas offrir un bocal avec les différents ingrédients disposés couche par couche, un joli ruban, la recette imprimée sur une étiquette et hop ! Voilà un mélange à cookie tout prêt. Vous pouvez bien sûr le décliner en boisson : offrir de quoi se concocter un bon rhum arrangé ou un vin chaud épicé.

Cela peut être un cadeau très personnel si vous partagez une recette bien à vous avec un ingrédient secret ou que les épices viennent d’un voyage. Vous pouvez choisir la provenance de vos ingrédients (culture biologique, commerce équitable, la petite boutique que vous aimez bien…) et surtout vous savez exactement de quoi est composé votre mélange.

Ces préparations existent aussi dans le commerce si vous manquez de temps ou d’inspiration.

© Freepik

© Freepik

COSMETIQUES MAISON OU ECO-RESPONSABLES

Fabriquer ses cosmétiques maison, c’est un peu comme faire la cuisine : une balance, un fouet, des bons ingrédients, un plan de travail et nous voilà à rechercher l’équilibre parfait pour une onctueuse crème fouettée (pour le corps) ou des sels (de bain) aux fleurs d’hibiscus.

Fabriquer des cosmétiques pour ses proches, c’est aussi un prétexte pour essayer des recettes différentes : j’aime bien tester les produits avant de les offrir, pour être sûre de ce que j’offre. Vous avez essayé l’huile prodigieuse maison dont je parlais dans un précédent article ? Vous pouvez offrir un mélange de votre choix pour Noël ! Vous adaptez la composition à la peau de la personne à qui vous la destinez et je suis certaine que vous ferez des heureux(ses).

Il existe des recettes cosmétiques très simples à reproduire comme par exemple les baumes à lèvres qu’Ophélie propose sur son blog : https://antigonexxi.com/2014/02/22/faire-son-baume-a-levres-maison-cest-facile/.
Recettes dont je compte m’inspirer pour en offrir à Noël. Les cosmétiques maison deviennent ma nouvelle passion, alors cette année, j’ai décidé de tester des baumes, des savons, des sels de bains. Je vous en dirai des nouvelles !

Si vous n’avez pas l’inspiration, le temps ou l’envie de fabriquer vos cosmétiques, de très bons sites vendent des produits éco-responsables. Par exemple, www.slow-cosmetique.com, regroupe plusieurs boutiques qui vendent chacune des cosmétiques naturels.

CADEAUX D’OCCASION / DE SECONDE MAIN

J’avais avant, une vision un peu surannée des brocantes, Emmaüs et autres vides-greniers, je pensais qu’on n’y trouvait que des vieux objets moches étant donné que c’était ce dont les gens se séparaient. J’ai été initiée par des amies fans de brocantes et il s’est avéré que j’avais complètement tord, on peut aussi trouver des merveilles et qui plus est, à bas prix.

Lorsque vous offrez un cadeau d’occasion, cela signifie que vous avez pensé à une personne en particulier en voyant l’objet. Il lui est donc tout particulièrement destiné et sera d’autant plus susceptible de lui plaire.

L’avantage du cadeau de seconde main c’est que cet objet a déjà été acheté, il se trouve déjà dans le circuit, vous ne générez donc pas de déchets supplémentaires et ne créez pas de nouvelle demande de consommation.  S’il s’agit de réduire son empreinte carbone, c’est donc un idéal : la seule empreinte que vous aurez sera le transport pour aller le chercher ou le recevoir.

CHAINE DE CADEAUX

Ces mêmes amies fans de brocante (décidément pleines de ressources !) m’ont également initiées à la chaîne de cadeaux. L’idée, par exemple au sein d’une famille ou d’un groupe d’amis, est de mettre les prénoms de chacun dans un chapeau et que chaque personne pioche un prénom sans dire aux autres de qui il s’agit. On définit un budget et le but est d’offrir un cadeau uniquement à la personne dont on a pioché le prénom.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles j’aime beaucoup ce concept : il y a la surprise de la personne qui va nous offrir notre cadeau, nous n’avons qu’UN seul cadeau à choisir et le budget étant défini au départ, il n’y a pas de déséquilibre entre les différents cadeaux.

Nous avons tenté l’expérience l’année dernière dans notre entreprise, c’était un joli moment qui nous a permis de nous rapprocher les uns des autres.

OBJETS ECO-RESPONSABLES

Si vous souhaitez vraiment offrir un objet, vous pouvez le choisir avec des matériaux sains, qui ne participent pas à la déforestation d’une forêt ou n’exploitent pas des enfants à l’autre bout de la planète. Il y a aussi les objets qui reversent un pourcentage à une association écologique ou humanitaire et respectent la planète.

Attention aux marques qui promettent de compenser votre empreinte carbone mais proposent des objets en plastique pas fantastique.

EMBALLAGES REUTILISABLES

Les papiers cadeaux et autres bolducs représentent une montagne de déchets au lendemain de Noël. Et si votre emballage faisait partie du cadeau ? Cela peut être un joli tissu qui traine sur vos étagères, un beau vêtement recyclé, un coupon trouvé au Marché Saint Pierre à Paris ou un tissus vendu comme tel. Vous pouvez aussi le récupérer lorsque le cadeau a été déballé, cela se fait de plus en plus. Il existe au Japon un art de l’emballage qui s’appelle le Furoshiki : c’est une manière de nouer votre tissu autour de votre présent.

La boutique Present durable en a fait sa spécialité, j’aime particulièrement les saris indiens qu’elle a recyclé et que je trouve magnifiques.

Vous avez maintenant quelques idées pour réduire votre empreinte carbone tout en faisant plaisir à vos proches. Et vous, quelles solutions avez-vous choisies ? Avez-vous d’autres pistes ? N’hésitez pas à partager en laissant un commentaire !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *