Tag Archives: Alimentation

Le grand déballage #1

Chaque mois, je vous propose une nouvelle solution pour réduire notre empreinte carbone. Modifier une habitude par mois, c’est aussi prendre le temps d’être à l’écoute de ses besoins et prendre en compte les blocages et les questions que nous pouvons rencontrer. C’est fondamental pour changer son quotidien en profondeur.
Adepte des alternatives positives, j’aime être actrice de ma vie et faire mes choix en âme et conscience, vous aussi n’est ce pas ? Je suis persuadée qu’ensemble, nous pouvons changer le monde, oui rien que ça ! Alors, allons-y !

Après s’être fait oublié quelques années, le vrac revient en grandes pompes ! Ca tombe bien, puisqu’on aimerait continuer à réduire notre empreinte carbone, se libérer de quelques emballages devrait convenir à notre affaire. Pour l’éco-solution de mars, je vous propose de nous intéresser de plus près aux emballages et suremballages et de commencer à nous équiper pour accueillir le mois prochain quelques victuailles en vrac.

Mais tout d’abord, je me suis demandé pourquoi le vrac a-t-il disparu ? Avant les années 60, c’était l’avènement du vrac, les petits commerçants étant les seuls distributeurs des denrées alimentaires, la plupart vendaient céréales, fruits, légumes, lait, fromages, viandes etc. en vrac. Ce qu’il s’est passé, c’est qu’en mai 1957, un magasin d’un nouveau genre a ouvert à Paris : La Grande Epicerie Bardou. Ce premier supermarché français s’est interrogé sur le libre-service: comment rendre accessible les denrées alimentaires et autres, en grande quantité et en accès libre sur les étalages ? En les emballant individuellement pardi ! En prêtant en plus à cet emballage des vertus conservatrices et hygiéniques, cartons et plastiques sont devenus fantastiques !

On peut distinguer différents types d’emballages:

  • l’emballage de vente : celui de vos pots de yaourt par exemple ou le sachet plastique qui entoure votre kilo de nouilles. Ou encore le sac plastique qui emballe individuellement votre mangue.
  • l’emballage groupé: c’est le carton qui regroupe vos huit yaourts ou le plastique qui vous permet d’acheter trois paquets de nouilles en promotion. C’est aussi celui qui regroupe dix paquets de riz pour faciliter la mise en place sur les étalages.
  • l’emballage de transport : il s’agit de celui qui permet de passer de l’usine au distributeur, de permettre la manutention du produit. Celui-ci, en tant que consommateur, nous n’avons pas d’influence dessus.

Les emballages qu’il nous intéresse de réduire ou d’éliminer sont donc les emballages de vente et les emballages groupés. Ces derniers peuvent aussi être nommés suremballages. Ce sont ceux qui envahissent nos poubelles à hauteur de 40%.

 

 

L’emballage groupé ne nous sert que pour emmener notre produit du magasin à la maison : arrivés à destination, nous nous empressons de jeter ce suremballage. Avec un peu de chance, il est en carton et sera recyclé mais s’il est en plastique, il viendra seulement alimenter les ordures ménagères.

Quant à l’emballage de vente, il nous permet d’avoir des doses individuelles. Il y a deux points qui me posent problème :

  • Les industriels proposent des aliments, emballés dans un premier emballage puis emballés ensuite individuellement comme le sont souvent les gâteaux. Le prétexte est de faciliter la vie du consommateur qui n’a qu’à glisser dans son sac sa (microscopique) portion de gâteau, ou barre de céréales par exemple. Tous ces emballages génèrent énormément de déchets.
  • Le deuxième point qui m’ennuie : les aliments sont vendus dans une quantité que l’industrie a choisi pour nous: si nous voulons moins, nous nous retrouvons avec plus et si nous voulons plus, nous achetons deux fois le produit proposé alors que nous n’avions pas besoin d’autant. Pas si pratique que ça finalement. Ni économique.

Mais voilà, c’est comme ça, nous nous sommes habitués aux quantités proposées et adaptés à l’offre que nous avions. Mais si c’était l’inverse ? Et si nous faisions à nouveau entrer en ligne de compte notre super pouvoir (mais de quoi elle parle ??).  M’enfin, vous savez : votre porte-monnaie, le flouze power quoi. Vous connaissez la chanson : en tant que consommateur, nous choisissons ce que nous voulons acheter. Et je vous propose d’investir dans le vrac. Tadaaaaam !

LA SOLUTION

Le vrac, ce sont ces rangées de bacs et de trémis que l’on trouve dans des coopératives bio, des épiceries de vrac, les marchés et même certains supermarchés. Céréales, légumineuses, oléagineux, fruits, légumes, gâteaux, vins, huile… la plupart des aliments que nous consommons peuvent se retrouver en vrac. On se sert dans un récipient qu’on nous met à disposition ou qu’on a apporté, on choisit la quantité que l’on souhaite, on pèse, on paye et nous voilà repartis ! Simple comme bonjour.

 

Source: Zéro waste France

 

En plus, nous pouvons choisir la quantité dont nous avons besoin.

En plus, nous sommes en contact direct avec le produit, nous choisissons le produit pour ce qu’il est, pas parce qu’il y a une blague drôle sur le packaging.

 

 

Alors, ce mois-ci, je vous propose de nous équiper pour recueillir nos aliments en vrac que ce soit pour le transport ou la maison. Pour avoir un objectif que nous tiendrons dans le temps, ciblons ces aliments: les céréales, légumineuses, fruits et légumes (frais ou séchés). C’est un bon grand premier pas.

DU MAGASIN A LA MAISON: LES SACS A VRAC

Les sacs à vrac peuvent avoir différentes tailles, selon qu’ils servent aux céréales ou aux légumes. Nous les remplissons dans notre magasin de vrac et nous repartons avec, les lavons et les réutilisons pour les prochaines courses.

Vous pouvez les acheter, les fabriquer, les customiser… Les sacs sont pratiques pour les céréales, les fruits secs, les fruits, les légumes…tout ce qui est sec. Ca tombe bien pour cette première étape c’est parfait. J’ai trouvé les miens en magasin bio, mais il y en a partout sur le web ou dans votre fournisseur de vrac.

Si vous les fabriquez, vous pouvez prendre un tissu de récup’, le plus léger possible. Si votre tissu est un ancien rideau par exemple et que vous êtes soucieux du poids qu’il pèse, vous pouvez le noter quelque part dessus pour que les commerçants le déduise ensuite.

 

LE STOCKAGE A LA MAISON

Comment stocker ensuite les produits que nous avons acheté en vrac ? Vous pouvez récupérer des bocaux chez Emmaüs, en brocante, ou les acheter et collectionner les jolies boîtes en métal, dans lesquels vous mettrez vos aliments. La taille dépend de votre consommation de ces aliments.

 

 

Commencer par s’équiper, c’est aussi débuter par une prise de conscience, prendre le temps de réfléchir à la place que ces emballages prennent dans notre poubelle. Prendre le temps de trouver les contenants qui nous plaisent, les customiser, pourquoi pas en profiter pour réorganiser les étagères, les tiroirs de la maison… Passer au vrac c’est un vrai plaisir, si si vous verrez !

En avril, nous passerons à la seconde étape de cette éco-solution : acheter des céréales, légumineuses, fruits et légumes en vrac et trouver où les acheter !

Et vous, avez-vous commencé à vous équiper pour le vrac ? N’hésitez pas à me raconter votre expérience en laissant un commentaire !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Moins mais mieux: la viande

Chaque mois, je vous propose une nouvelle solution pour réduire notre empreinte carbone. Modifier une habitude par mois, c’est aussi prendre le temps d’être à l’écoute de ses besoins et prendre en compte les blocages et les questions que nous pouvons rencontrer. C’est fondamental pour changer son quotidien en profondeur.
Adepte des alternatives positives, j’aime être actrice de ma vie et faire mes choix en âme et conscience, vous aussi n’est ce pas ? Je suis persuadée qu’ensemble, nous pouvons changer le monde, oui rien que ça ! Alors, allons-y !

Pour notre second volet au sujet de l’alimentation,  j’ai choisi de vous parler de… (roulement de tambour) la viande ! Elle a la première place sur le podium de l’empreinte carbone que nous cherchons à réduire. En effet, l’élevage émet à lui seul environ 14% des émissions de gaz à effet de serre. La viande, c’est un sujet qui hérisse un peu les poils parce que c’est un héritage culturel: la cuisine traditionnelle est essentiellement composée de viande: boeuf bourguignon, blanquette de veau, poule au pot etc. Alors, il y a ceux qui freinent des quatre fers, ceux qui ont choisi de ne plus en consommer du tout et il y a ceux qui ont décidé de réduire leur consommation en choisissant soigneusement la viande mangée. Je vous propose de vous lancer sur la voie de cette troisième catégorie. Mais tout d’abord, pourquoi ?

L’ELEVAGE INDUSTRIEL

L’élevage industriel appelé aussi élevage intensif est dans une logique productiviste : l’important c’est le rendement. On enferme un maximum d’animaux dans un espace restreint pour produire plus, plus vite. L’idée c’est d’optimiser, au détriment de la qualité et de l’environnement.

La ferme s’est donc transformée en usine et les plaines fertiles en champs de céréales transgéniques destinés à nourrir les animaux que nous mangerons ensuite. On importe considérablement  ce qui nécessite beaucoup de transports et d’énergies fossiles. Savez-vous que 50% des céréales et légumes cultivés sur Terre sont destinés à l’élevage ? Pour répondre à la demande, on augmente progressivement les surfaces en grignotant par exemple la forêt Amazonienne pour planter du soja transgénique destiné à l’élevage (cela 91% de la déforestation Amazonienne, bien pire que l’huile de palme !) . Donc, on substitue une partie du poumon de notre planète pour nourrir les bêtes que nous mangerons, ensuite tout en mettant en danger la biodiversité et en augmentant l’érosion des sols. Est-il nécessaire de dire que nous marchons sur la tête ? La majorité des ces cultures étant en agriculture intensive, les pesticides et l’eau sont utilisés à gogo détériorant les sols et les nappes phréatiques.

Les usines d’animaux se multiplient, après la ferme des mille vaches, il y a aussi la porcherie des quinze mille porcs dans la Marne, ou des deux cent cinquante mille poules pondeuses dans la Somme. Entretenir autant de bêtes dans un si petit espace nécessite quelques soins particuliers : il faut beaucoup d’eau pour nettoyer les sols en béton et des antibiotiques en prévention pour éviter les risques sanitaires. Sans compter les déjections  susceptibles de polluer en répandant des nitrates et des phosphates. Quant au bien-être animal, il est inexistant : très peu d’espace pour se déplacer, peu voire pas de lumière du jour. Puisqu’il faut du chiffre, on ne fait pas dans la dentelle.

Pour 1kg de viande de… Source: www.consoglobe.com

C’est vertigineux, si on réfléchit deux secondes : « Tiens, ce midi je mangerais bien un rôti de porc, j’ai une petite recette pas piquée des hannetons qui demande deux heures de cuisson à basse température que je te ferai bien goûter. Tu m’en diras des nouvelles ! « . Sauf que voilà, votre rôti de porc provient d’un de ces élevages. Moi, je trouve qu’il en perd de sa saveur (déjà qu’il ne doit pas en avoir beaucoup !), c’est dommage d’avoir pris le temps d’aussi bien le cuisiner alors qu’il y a de grandes chances qu’il vienne d’un de ces élevages. Pierre Rabhi a d’ailleurs dit à ce sujet que « des protéines issues de la souffrance animale sont forcément nocives pour nous ».

D’ailleurs, le problème en supermarché, c’est que souvent, il est difficile de connaitre la provenance de la viande. Le collectif « Viande de nulle part » en a fait un combat et va régulièrement coller des étiquettes sur les barquettes de viande dont l’origine est inconnue.

Heureusement, grâce à notre porte monnaie, on peut reprendre  le pouvoir sur le contenu de notre assiette et lutter contre l’élevage industriel ! On réduit considérablement notre empreinte carbone, ce qui est bon pour notre planète !

LA SOLUTION

Comme il faut bien commencer quelque part, je vous propose de réduire votre consommation de viande à une fois par jour. « La vérité sur la viande » : ouvrage collectif de scientifiques, politiques et journalistes nous informe qu’une famille de 4 personnes qui mangent un steak « cela équivaut à peu près en termes d’énergie à conduire une voiture pendant trois heures en laissant toutes les lumières allumées chez soi« . Si vous faites attention à votre consommation électrique, remplacer un steak par des protéines végétales n’est pas un pas si compliqué à sauter. Toujours dans « La vérité sur la viande » on apprend que  » Si les américains se privaient de viande un jour par semaine, ils épargneraient l’équivalent, en émission de gaz à effet de serre, de 46 millions d’allers-retours New-York Los Angeles en avion ». Bon allez, on est d’accord, on peut faire un effort ?

Pour ma part, j’ai choisi de manger végétarien le midi et de manger de la viande le soir. Lorsque j’ai commencé ce défi, il y a un an, je me suis aperçue que les lardons, le jambon, les nuggets, les rillettes et le saucisson étaient aussi de la viande. Oui, personne n’est parfait, pour moi c’était des basiques de mon quotidien : que ce soit dans les poêlées, les quiches ou les gratins, il était évident que j’allais y ajouter des lardons ou du jambon. J’ai dû désapprendre ce réflexe et découvrir comment cuisiner des plats végétariens avec des protéines végétales. C’est à dire cuisiner plus de légumineuses (pois chiches, haricots rouges, blancs, lentilles…), de céréales complètes et d’oléagineux (noix, noisettes, graines de tournesol…).

D’autre part, autant choisir soigneusement la viande que nous allons manger. En dehors de l’élevage industriel, il y a les petits producteurs et petites fermes à taille humaine qui prennent soin de leurs bêtes, tout en préservant la biodiversité (respect des alternances des champs entre repos et pâture, diversification des céréales) et soignent les animaux avec moyens naturels ou homéopathiques. Je vous vois déjà faire les gros yeux « oui, mais tu as vu le prix de la viande ?? ». C’est tout l’intérêt de n’en manger qu’une fois par jour voire moins. Quand j’en mange au moins je sais d’où elle vient. Je dois cependant encore faire des efforts sur le jambon, nuggets et cordon bleu qui sont industriels, surtout que les deux derniers ne sont pas compliqués à faire maison. Chacun va à son allure, le tout c’est d’avancer !

Mon plus gros déclic au sujet de la qualité de la viande c’est lors de mon voyage au Japon en 2015. Les viandes que j’ai dégustées là-bas étaient à tomber: poulet, porc, boeuf… elles étaient toutes délicieuses, avec un vrai goût. Quand je suis rentrée, je n’avais plus envie de piocher dans les grosses barquettes en polystyrène en promotion avec 20 cuisses de poulets insipides.

En choisissant leurs produits, nous les incitons aussi à produire tout en étant respectueux de l’environnement. C’est toujours la même histoire : nous choisissons où l’argent de notre porte monnaie va.

BILAN

  • Deux fois moins de viande locale, bio permettrait de réduire de 36% les émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole et de 8% les émissions totales
  • La biodiversité est préservée si nous choisissons les petits producteurs
  • Des fortes économies en eau, transport et énergie
  • Nous participons à l’économie locale
  • Notre alimentation est plus diversifiée
  • La viande que nous mangerons sera bien meilleure

Alors, vous vous lancez ? Vous avez déjà commencé ? N’hésitez pas à partager vos expériences en commentaires !

Rendez-vous sur Hellocoton !

La vie cachée des objets

This gallery contains 4 photos.

Chaque mois, je vous propose une nouvelle solution pour réduire notre empreinte carbone. Modifier une habitude par mois, c’est aussi prendre le temps d’être à l’écoute de ses besoins et prendre en compte les blocages et les questions que nous … Continue reading

Mais qu’est ce qu’on mange ?!

This gallery contains 10 photos.

Chaque mois, je vous propose une nouvelle solution pour réduire notre empreinte carbone. Modifier une habitude par mois, c’est aussi prendre le temps d’être à l’écoute de ses besoins et prendre en compte les blocages et les questions que nous … Continue reading